HERARD Marianne

19Oct07

 

Marianne HERARD est chercheuse, docteure en anthropologie

 

Les politiques d’insertion des jeunes : France, Italie, Europe*

          (M1/M2/CE/VGp et r/TC/S2)

          Avec la collaboration de Valérie Darjo

 

Les politiques d’insertion en France définissent un état et un âge «jeune». Elles sont imbriquées dans la politique de la ville et les politiques sociales. Il s’agit là d’une spécificité nationale. En effet, dans la plupart des pays européens, le chômage des jeunes est avant tout resté un problème de chômage et d’emploi (Commissariat général du plan, 2001).

Le cours étudie cette singularité française où les questions sociale/territoriale s’entrecroisent et ordonnent peu ou prou les politiques d’insertion. Il invite à réfléchir à cette situation intriquée, emblématique de l’État français des 25 dernières années. Les politiques d’insertion, apparues en 1981, ont connu par ailleurs différentes phases, qui s’avèrent, elles aussi, caractéristiques de transformations de l’État. Nous les étudierons, notamment au travers des catégories successives de bénéficiaires : «jeunes sous-qualifiés», «jeunes exclus», «jeunes issus des ZUS». Une attention particulière sera portée à cette dernière catégorie qui inaugure un changement important au niveau de l’État : nouveau registre d’intervention, de rapport aux jeunes, de cadre de territorialisation.

Le cours proposera ensuite une comparaison avec l’Italie où les mesures contre la précarité des jeunes et en faveur de leur autonomie par rapport à leur famille participent largement du registre de l’action étatique. Il analysera ces mesures, dont la particularité est d’appréhender les jeunes principalement du point de vue de l’emploi, et non pas tant du point de vue social ou territorial, comme c’est le cas en France. En Italie, l’action de l’État passe par la régionalisation  sans qu’il existe de territoires définis spécifiquement par la question sociale, ni de désignation de population, ou de jeunes, cibles. Les jeunes Italiens sont ainsi considérés dans leur unité, à la différence de leurs homologues français.

Le cours n’entend nullement évaluer les politiques d’emploi et de formation des jeunes. Il veut montrer combien ces politiques nationales sont symptomatiques de la nature de l’État et de ses évolutions. Il interrogera aussi les préceptes transversaux communautaires «d’apprentissage tout au long de la vie» et de «société de la connaissance», et leur impact sur les politiques nationales depuis l’an 2000. On s’intéressa alors à la Méthode ouverte de coordination ainsi qu’aux Programmes opérationnels d’éducation, formation et jeunesse (Fonds social européen, Socrates, Lifelong Learning Programme, Jeunesse, Jeunesse en action, etc).

 

Bibliographie

A. GIALBERICI, Imparare sempre nella società della conoscenza, Bruno Mondadori, Milan, 2002

ALES E., «La strategia di Lisbona e l’Open Method of Coordination’», in Quaderni di Diritto del Lavoro e delle Relazioni Industriali, 2004, 27.

Cécile BARON, ElisabethDUGUE, Patrick NIVOLLE (dir.), La Place des jeunes dans la cité, tome 1, De l’école à l’emploi, L’Harmattan, «Logiques sociales», Paris, 2005.

M. BIAGI, «L’impatto della European Employment Strategy sul ruolo del diritto del lavoro e delle relazioni industriali», in Rivista Italiana di Diritto del Lavoro, 2000, 1.

D. CATANIA, M. C. VACCAIO., G. ZUCCA., Una vita, tanti lavori. L’Italia degli «atipici» tra vulnerabilità sociale, reti familiari e auto-imprenditorialità, Franco Angeli, Milan, 2004.

Commission européenne, Pour une Europe de la connaissance, Bruxelles, Communautés européennes, COM(97)563 final.

–– Vers un espace européen d’éducation et de citoyenneté active, Bruxelles, Communautés européennes, 1998.

Commissione delle comunità europee, «Bilancio di cinque anni della strategia europea per l’occupazione». Com (2002) 416 17/07/2002.

Commission générale du Plan, Jean-Pierre CHARVET, Pierre-Jean ANDRIEU, Francine LABADIE, Jeunesse, le devoir d’avenir, La Documentation française, Paris, 2001.

Consiglio europeo straordinario su Occupazione, riforme economiche e coesione sociale : «Per un Europa dell’innovazione e del sapere»’, Lisbona 23 e 24 marzo 2000, in http://www.europa.eu.int.

European Commission, Employment in Europe 2001. Recent Trends and Prospects, Office for Official Publications of the European Communities, Luxembourg, 2001.

L’Europe et la formation professionnelle des jeunes, Transférer les acquis de PETRA dans LEONARDO et EMPLOI/YOUTH START, Racine Editions, 1995

Florence LEFRESNE, Les Jeunes et l’Emploi, La Découverte, coll. «Repères», Paris, 2003.

Les Jeunes non qualifiés, Problèmes politiques et sociaux, La Documentation française, n° 915.

Groupe de réflexion sur l’éducation et la formation, Accomplir l’Europe par l’éducation et la formation, Bruxelles, Commission européenne, 1997, paragraphe 36.

Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire, «Politiques publiques de jeunesse en Europe», Agora n°42, L’Harmattan, avril 2007

Gilles MOREAU (coord), Les Patrons, l’État et la formation des jeunes, La Dispute, Paris, 2002.

Ministero del lavoro e delle politiche sociali, Rapporto di Monitoraggio sulla politica occupazionale e del lavoro 2003, F. Angeli, Milan, 2003.

Chantal NICOLE-DRANCOURTl, Laurence ROULEAU BERGER, L’Insertion des jeunes en France, PUF, coll. «Que sais-je ?», Paris, 1995, réédité et actualisé.en 2002

José ROSE, Les Jeunes face à l’emploi, Desclée de Brouwer, Paris, 1998.

Bertrand SCHWARTZ, Rapport sur l’insertion professionnelle et sociale des jeunes. 1981 : Naissance de l’insertion, Editions Apogée, Paris, 2007.

Lucy TANGUY, L’Introuvable relation formation/emploi, références Paris, La Documentation française, Paris, 1986.

Sylvie TISSOT, L’État et les Quartiers. Catégories de l’action publique, Seuil, Paris, 2007.

John RAWLS, Le Droit des gens, 10/18, Paris, 1996.

Carl SCHMITT, La Notion de politique, Flammarion, coll. «Champs», Paris, 1992

Publicités


%d blogueurs aiment cette page :